Les Scouts et Guides de France dans le Val de Marne

  Chantier caravelles de Laàs de 1992 2000

Retour

Informations trouvées sur internet :

        Entre 1992 et 1999, un projet important a été mené par les guides de France à Laàs, commune des Pyrénées, pour la reconstruction de la chapelle du village. Le point de départ de ce projet a été les bons contacts noués entre les responsables de la compagnie guides de Sucy en Brie lors du camp de 1992 et le maire de la commune de Laàs, maire qui a alors proposé à la responsable de la région Aquitaine le projet de reconstruction de la chapelle qui n'avait plus de toit depuis longtemps. Pour cette reconstruction de la chapelle, des caravelles de toute la France sont venues chaque année à Laàs.

       Les principales informations sur ce projet étaient sur une page souvenir de l'ancien site internet des guides de France à l'adresse : http://www.guidesdefrance.org/souvenir/Laàs/a_Laàs3.php

Ce point de départ du projet de Laàs était d'ailleurs rappelé dans le numéro d'oct-nov-déc 2000
du journal Cap Levant (journal de la branche caravelle) dans un article qui parlait de l'achèvement des travaux

1992 - Des jeannettes de Sucy-en-Brie et leurs responsables découvrent le village de Laàs, pour y séjourner quelques jours, elles croisent Jacques Pédehontaà, le maire qui leur présente sa vieille chapelle en ruine..

Rencontre avec le maire et son conseil municipal pour bâtir un projet de partenariat.


La chapelle en ruine.

1993 - 4 chantiers ouverts :

Ce ne sont pas 30 caravelles qui viendront à Laàs comme annoncé, mais 300 !

Chantier de déblaiement de la vieille église,
Chantier archéologique des étudiants de Bordeaux,
chantier environnement sur les berges des gaves du village,
montage d’un spectacle sur l’histoire de Laàs présenté dans le cadre des soirées d’animation du château de Laàs.

Visite de F. Bayrou.

Résultat :

Les caravelles déblaient 40 tonnes de terre

 

40 tonnes de terre de déblais et de ronces dégagées de la chapelle romane.
20 tonnes de vase et de sable extraites de la rivière qui traverse le village.
5 tonnes de décrépissage enlevées de la nouvelle église
          dont on refait l’enduit extérieur.
un rapport archéologique retraçant l’histoire de la chapelle romane.
un rapport archéologique retraçant le passé des potiers
          et des tailleurs de pierre du village.
Une reconstitution historique mettant en scène la vie du village.

1994 - 220 caravelles de toute la France montent sur les premiers échafaudages.

1995 - 180 caravelles poursuivent le chantier.

1996 - 400 caravelles travailleront avec un compagnon du Devoir.

Le chantier se concentre sur le rejointoiement des pierres, le transept est achevé,

la chapelle retrouve sa belle couleur de pierre. La presse va baptiser les caravelles de « fourmis rouges », le chantier restera ouvert un mois. TF 1 et FR 3 feront un reportage pour le journal télévisé. Pose et inauguration d’une plaque dans la chapelle en l’honneur de la millième caravelle venue à Laàs.

1997 - 200 caravelles montent à l’assaut du clocher.

Les échafaudages de 15 m de haut impressionnent. Parallèlement l’Association des amis des chemins de Saint-Jacques de Compostelle nous confient le soin de débroussailler plusieurs kilomètres de sentier, celui de Vézelay. Les caravelles sculpteront 43 bornes directionnelles ou de balisage et les scelleront sur le tronçon d’Orthez à Ostabatt. Les Guides de France sont désormais partenaires des mairies des villages traversés et ont le soutien du Conseil général des Pyrénées Atlantiques qui se saisit du modèle des bornes pour baliser les sentiers de St-Jacques qui traversent le Béarn.

C’est aussi l’été où Laàs accueille 200 guides pendant les cinq jours de camp national faisant l’évaluation de la nouvelle pédagogie. Laàs sera aussi village d’accueil pour le bilan des camps Lamogoyasigui.

16 représentantes des 7 pays francophones de l’Afrique de l’Ouest découvriront les caravelles et leur projet.

Pendant cinq semaines, cet été-là nous aurons habité Laàs. Presse, radio et FR3 couvriront l’été.


Des échafaudages impressionnants

1998 - Près de 250 caravelles, pour un camp de 3 semaines.

«Laàs : chemin des étoiles.... »

...le chantier continue. Tout le drainage est posé, 200 tonnes de terre déplacées, la chapelle chante sous le soleil, marteaux et burins travaillent des mains des caravelles... Fêtes et feux de camp se font dans la foulée de la Coupe du Monde. Les caravelles montent un spectacle avec l’association « Chemin Faisant » c’est dans la cité de Vauban à Navarrenx qu’elles produiront leurs voix, leurs musiques, leurs instruments, leurs mots d’espérance aux couleurs des vitraux, leurs mots pour « dire » ce qu’elles sont, ce qu’elles veulent..... La dernière borne est posée, on parcourt les sentiers de Saint-Jacques, on célèbre Jésus-Christ au carrefour de sentiers comme une rencontre, un rendez-vous... trois éditions de journaux sortent pour le village, pour rester branché sur tout ce qui se passe au camp et dans le village..... On vote sur les esquisses des vitraux...

Trois fois, une semaine, pour avoir le temps de vivre à fond la proposition Caravelle : le temps des contrats de compétences, le temps des points K., le temps des promesses, le temps de l’escale, le temps de désert, le temps de l’envoi.


Les fondations de la chapelle sont mises à jour.

1999 - des caravelles, des guides pour écrire une page de l’histoire du chantier de Laàs, pour marcher sur le chemin des étoiles et remonter le Gave, pour marquer de sa main la pierre de la chapelle et monter quatre murets de pierres ou de galets du gave.

Conclusion

         2365 caravelles venues de toute la France pendant sept étés sont venues à bout d’un chantier que nous pensions impossible à réaliser : rebâtir une chapelle romane : Saint Barthélemy ancienne église témoin et mémoire de l’histoire du village et située sur le chemin de Saint-Jacques, Chemin des étoiles.

Une volonté à toute épreuve...

         Sans vous nous n’aurions pas imaginé ce défi : remettre debout ce qui n’était que ruines et conserver ce patrimoine qui nous est cher. La complicité des gens du village qui, par un bout de pré, un tuyau d’eau, une grange, une remorque, une prise électrique, une chambre ou un coup de main a aussi permis que tout cela soit possible.

       Ce puzzle géant fait de bonnes volontés, nous vous proposons de le reconstituer l’été prochain pendant quatre jours de fête, de travail, de rencontres et de spiritualité afin d’installer la dernière pièce qu’il manque à Saint Barthélemy : une charpente, des tuiles, un toit !

       Lorsque vous partirez de Laàs nous serons tristes et heureux à la fois car sans vous les bâtisseuses de L’art roman, les bâtisseuses de l'an 2000, Saint Barthélemy ne se serait pas relevé. À la veille du nouveau millénaire, elle se réveille peu à peu et resplendit au soleil face aux Pyrénées.

Si Dieu le veut nous en ferons un grand lieu culturel au service de Laàs et des Guides de France.

       Que ce magnifique projet que vous avez mené scintille dans vos vies comme l’étoile de Compostelle guide le pèlerin sur son chemin.

Saint Barthélemy se relève grâce à la persévérence des caravelles.

        Laàs, ancien village de potiers et de tailleurs de pierre et situé entre montagne et océan, vous devra beaucoup, alors pour vous dire un grand merci, venez nous voir à Laàs en L’an 2000.


Et lors de la dernière phase du projet, des guides de Sucy en Brie étaient présentes
de façon à achever ce projet qu'elles avaient initié.
Cela était rappelé dans le journal le Lien de septembre 2000
(Echos de l'équipe d'animation paroissiale de Sucy et Noiseau)

Retour